une porte ouverte

 

       Pour moi, la peinture est une porte, une porte ouverte sur un autre monde. 

Quand je commence à peindre une toile, ce n’est jamais par une grande gestuelle, au contraire…, comme l’a si bien dit Jacqueline, lors de l’une de ses critiques : je me prépare plutôt à une “fouille archéologique”. Il me faut cabosser et accidenter ma toile, lui donner des traces, avant même qu’elle commence. Comme pour mélanger le passé avec le présent, pour en arriver avec le futur. 

      Les peintres qui m’inspirent se trouvent souvent dans les mouvements d’Art Brut. Mon maître absolu est Tapies, pour la force de son travail, (non pas pour le grand format), mais pour l’audace du choix des matériaux et la grande liberté de son Art.

      Je considère que l’Art, c’est la vie et la vie est accidentée, cabossée, laide et belle.

      Tout commence par une intuition, voire une forte émotion. Puis, il s’agit d’explorer, de découvrir et d’apprivoiser le travail intérieur qui s’offre à moi.

 

vent, poussière et liberté

 

Je recherche dans ma palette, des couleurs toujours plus organiques et naturelles et des textures qui s’assimilent aux couleurs de la terre en essayant d’arriver à une abstraction chaque fois plus libre.

Le vent, la poussière, la lumière et la liberté guident mon inspiration.